top of page

LE TRAIT

Influence des grands Maîtres

LES SANGUINES

Les Sanguines
Exposition Sanguines 91

Exposition "Portraits et Sanguine"

22 Avril 1991 CCI Rodez, place de la Cité, 12000.

ou l'Apprentissage du Dessin

     Mes premiers pas, ma première initiation et l'ébauche d'une acquisition, celle de la technique du dessin.

1990 fut une année de travail délicat et persévérant, jonché d'incertitudes et de manque de confiance en soi. Ce travail aboutira à une première exposition.

On y retrouvera toute l'admiration que je porte envers mes Maîtres, artistes de tout style et de tout temps, qui m'ont portés et ont tenu ma main et mon crayon durant cette période.

Cette première approche, ce chemin tourmenté se fera seule et en autodidacte.

01 Christiane Lacombe 1990-91 d'après DURER
02 Christiane Lacombe 1990-91 d'après KOUSNETZOV
03 Christiane Lacombe 1990-91 d'après PHOTO
04 Christiane Lacombe 1990-91 d'après PHOTO
05 Christiane Lacombe 1990-91 d'après PHOTO
06 Christiane Lacombe 1990-91 d'après PHOTO
07 Christiane Lacombe 1990-91 d'après DEL VAGA
08 Christiane Lacombe 1990-91 d'après RAPHAEL
09 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BAROCCI
10 Christiane Lacombe 1990-91 d'après SOLARIO
11 Christiane Lacombe 1990-91 d'après VOUET
12 Christiane Lacombe 1990-91 d'après LE CORREGE
13 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BOUCHER
14 Christiane Lacombe 1990-91 d'après RAPHAEL
15 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BARTOLOMEO
16 Christiane Lacombe 1990-91 d'après RUBENS
17 Christiane Lacombe 1990-91 d'après GENTILESCHI
18 Christiane Lacombe 1990-91 d'après RUBENS
19 Christiane Lacombe 1990-91 d'après RUBENS
20 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BOUCHER
21 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BOUCHER
22 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BOUCHER
23 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BOUCHER
24 Christiane Lacombe 1990-91 d'après LE CORREGE
25 Christiane Lacombe 1990-91 d'après MICHEL ANGE
26 Christiane Lacombe 1990-91 d'après FUSSILI
27  Christiane Lacombe 1990-91 d'après  LE TITIEN
28  Christiane Lacombe 1990-91 d'après  GAINSBROUGH
29 Christiane Lacombe 1990-91 d'après  MIGNARD
30 Christiane Lacombe 1990-91 d'après FURINI
31  Christiane Lacombe 1990-91 d'après  LE TITIEN
32 Christiane Lacombe 1990-91 d'après BOUCHER
33 Christiane Lacombe 1990-91 d'après DELACROIX
34 Christiane Lacombe 1990-91 d'après LE BRUN
35 Christiane Lacombe 1990-91 d'après GERICAULT
36 Christiane Lacombe 1990-91 d'après  BOUCHER
37  Christiane Lacombe 1990-91 d'après  LE BRUN
Et plus de Sanguines
Dessin Christiane Lacombe 25 10 2004
Dessin Christiane Lacombe 26 10 2004
Dessin Christiane Lacombe 25 11 2004
Dessin Christiane Lacombe 08 12 2004
Dessin Christiane Lacombe 05 01 2005
Dessin Christiane Lacombe 13 01 2005
Dessin Christiane Lacombe 20 01 2005
Dessin Christiane Lacombe 27 01 2005
Dessin Christiane Lacombe 18 05 2005
Dessin Christiane Lacombe 25 05 2005
Dessin Christiane Lacombe 07 07 2005
Dessin Christiane Lacombe 22 03 2005
Dessin Christiane Lacombe 14 04 2005
Dessin Christiane Lacombe 21 04 2005
Dessin Christiane Lacombe 27 04 2005
Dessin Christiane Lacombe 01 05 2005
Dessin Christiane Lacombe 11 05 2005
Dessin Christiane Lacombe
Christiane Lacombe 14 01 2004
Dessin Christiane Lacombe 29 11 2004
Christiane Lacombe 14 01 2004
Christiane Lacombe 14 01 2004
Christiane Lacombe 14 01 2004
Dessin Christiane Lacombe 2006

Et d'autres Etudes ...

(noir, sanguine et blanc)

Quelques années plus tard, mes Etudes d'art plastiques m'auront au moins servi à chercher à libérer mon trait. Oublier le regard des autres, ne plus avoir peur de mes maladresses pour avancer et oser...

      Pendant les années qui suivirent les Expositions, et jusqu'en 1999, j’avais bien des choses à apprendre me semblait-il encore. Peaufiner mon coup de crayon en faisait parti. 

Mon trait était prisonnier, incertain, fragile. Il avouait l'obsession du bien faire et non le reflet de ma personnalité.

Ma quête était infinie et mon appétit pour m’améliorer sans limite.

Parallèlement, je dessinais pour oublier mon impression d’inutilité sur terre, mais pas uniquement pour cela, car j’admirai au plus haut point tous les artistes qui nous ont précédés.

Je pensais que tout autant que la graphologie, le trait de dessin d’un artiste révélait sa personnalité secrète et chez moi elle restait invisible. J’enviai la maîtrise d’un Vinci ou d’un Rubens, leur technique bien sur, mais aussi leur liberté et leur assurance et mon admiration n’avait pas de limite. Ma bibliothèque était pleine d’ouvrages sur les Peintres, artistes de tous les temps que je feuilletais sans relâche.

Alors, toutes ces photos de reproduction d’œuvres, à force de les feuilleter, devinrent naturellement un sujet de travail.

Les Croquis

LES CROQUIS

Le travail du croquis, et en particulier celui du nu, est aussi important pour l'artiste que le travail des gammes pour un pianiste.

Il habitue le dessinateur aux formes changeantes, somptueusement arrondies et inégalables d'irrégularité et d'humanité.

Les Nus
LES NUS
croquis de modèles vivants

      Comme un pianiste, le dessinateur a ses gammes lui aussi  doit se plier à cet exercice ne serait-ce que pour conserver le sens des proportions et surtout le sens de la perspective. Que peut-on faire des règles des proportions, régulièrement enseignées dans les cours de dessin, lorsqu’on est face à un corps vue de trois quart ou d’en dessous.

Rare sont les poses parfaitement de face !

Mais l’art du nu va bien plus loin car il a pour objectif la qualité de la reproduction, certes, mais aussi de rendre les ressentis face à un être humain, de reproduire par exemple la lassitude musculaire d’une pose qui s’éternise, d’un pli inattendu, d’une ombre imparfaite, ou mieux encore, la tristesse d’un regard qui s’échappe dans ses pensées secrétes.

Au diable les calibres, l’art du dessinateur c’est de reproduire l’imperfection !

Cependant, le danger c’est la maladresse : la maladresse qu’il faut éviter à tout prix, celle qui guette tous les artistes et qui rend le dessin, disons le, minable. Je devais accepter que j'étais capable du pire comme du meilleur.

 Une part de moi même est dans mon dessin. Les jours de fatigue, de distraction ou de mélancolie, la main ne rend pas la même chose sur le papier.

Croquis de Nu-C. Lacombe-08 01 2003
Croquis de Nu-C. Lacombe-05 04 2003
Croquis de Nu, C. Lacombe 15 06 2002
Croquis de Nu, C. Lacombe 02 06 2003
Croquis de Nu, C. Lacombe 10 11 2004
Croquis de Nu, C. Lacombe 10 05 2003
Croquis de Nu, C. Lacombe 21 10 2003
Croquis de Nu, C. Lacombe 05 01 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 04 04 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 15 02 2004
Croquis de Nu, C. Lacombe 20 03 2004
Croquis de Nu, C. Lacombe 22 02 2003
Croquis de Nu, C. Lacombe 04 04 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 04 04 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 02 05 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 12 04 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 11 04 2005
Croquis de Nu, C. Lacombe 11 05 2005
Les Nus poses rapides
LES NUS
exercices de rapidité : 3 à 5 minutes

3 à 5 minutes pour s'exprimer, trouver un sens, une position, une intention.

Plus le temps est compté, plus la main se libère et devient instinctive et sincère.

Au diable les tabous.

La gageure est motivante, le jeu subtil et au bout du chemin, une rencontre avec soi-même.

      Ici peu de temps à la réflexion, c'est l'instinctif qui domine. La main balaye le papier en gestes courbes et précis. Le trait apparaît sous l'effort du crayon et l'émotion de la découverte des formes est intense. Car tout sort de nulle part. D'un modèle en trois dimensions voilà que l'artiste redonne l'illusion de la vie sur un papier en deux dimensions. C'est le miracle du dessin

Et ainsi toutes les peaux se détachent pour laisser apparaître le véritable essentiel, la nudité première, loin du superflu et des conventions.

Le croquis de nu fait parti des recherches de l'artiste pour retrouver le trait original et sincère. Le jeu est prenant et nécessite toute l'énergie immédiate dans un laisser aller total.

Christiane Lacombe 29 11 2004
Christiane Lacombe 16 05 2005
Christiane Lacombe 16 05 2005
Christiane Lacombe 23 05 2005
Christiane Lacombe 16 05 2005
Christiane Lacombe 23 05 2005
Christiane Lacombe 23 05 2005
Christiane Lacombe 06 06 2005
Christiane Lacombe 15 10 2004
Christiane Lacombe 23 05 2005
Christiane Lacombe 03 10 2004
Les Nus 20 ans après
LES NUS 20 ans après
exercices d'atelier d’après photo d'oeuvre

Et me voilà à nouveau face à ma planche de travail, 30 ans après avec au moins 10 ans d’absence totale de pratique.

Aujourd'hui, je relève le défie, prête à l'échec, face aux difficultés de proportion, face à la maladresse, face au manque de concentration.

Le nu reste le nu. Plus qu'un travail graphique, c'est un travail de ressenti ou chaque émotion corporelle doit être transcrite. 

Si je ne comprends pas l’intention du mouvement, je n’arrive pas à dessiner l’objet. Mes yeux ne voient pas, ils perçoivent.

Au diable les calibres, l’art du dessinateur c’est d'être l'Avocat de l’imperfection !

20180420_130300_ciglé
20180601_144816_ciglé
20180521_161606_ciglé
20180414_110946_ciglé
20180323_125037_ciglé

Hommage à Magali qui coordonne et dirige cet atelier avec une bienveillance, une patience et une passion sans limite.

Une adresse à conseiller

Association : ART et MOUVEMENT

http://www.art-et-mouvement.com/

Les Pastels

LES PASTELS ET LES CRAIES

          Cependant, quelques années plus tard, ma maîtrise en poche, munie de tous les supports possible, et même les plus ordinaires, que je trouvais autour de moi et avec simplement quelques crayons à la façon de l'Art Modeste, je décidais de me prouver qu’il n’y avait pas besoin de grand décorum et de grand investissement pour dessiner et apprendre.

Je passais plusieurs années à m'acharner sur mon travail, dessinant et dessinant sans fin, toujours à main levée pour protéger le surréalisme qui germait en moi. Je m’en voulais bien souvent sur la faiblesse de mon trait qui n'arrivait  jamais à exploser et à traduire la colère que je conservais profondément en moi.

J’étais capable du meilleur comme du pire dans mes esquisses et je n’arrivais pas à me libérer de ma réserve naturelle.   

LES CRAYONS ET PASTELS
petits formats

Durant cette période, le dédain et l’indifférence de mon entourage, longtemps redouté devenait alors un avantage. Je pouvais m’entraîner à l'insu de tout le monde et ainsi me confronter à toutes les fantaisies qui hantaient mes pensées, pour enfin me libérer de cette carapace de petite fille trop bien élevée et qui devait à tout prix réussir ce qu'elle entreprenait dés la première tentative pour satisfaire à la fierté parentale.

Je réclamais le droit à l'imperfection et je ne m'en suis pas privée !

Le but étant de se mesurer aux pires difficultés et aux pires échecs pour progresser.

Je m’en voulais bien souvent sur la fragilité de mon trait et sur mon incompétence.

Je n’arrivais pas à me libérer de mon académisme naturel. Ce perfectionnisme mal assumé me navraient.

Quelquefois, mes dessins me faisaient horreur par leur faiblesse, par leur manque d’originalité, par leur manque de personnalité et loin de les détruire, je les conservais comme preuve pour me rappeler ce dont je pouvais être capable dans mes plus mauvais moments.

J’aurai tant aimé pouvoir toujours compter sur un coup de crayon, sur et personnel.

Bien des dessins ratés, bien des dessins réussis, mais toujours pas la régularité espérée...."

D'aprés Ludovico Carraci- Christiane Lacombe- 25 12 2005
D'aprés une photo portrait de ma mère-C Lacombe-1993
D'aprés F de Madrazo-C Lacombe-24 02 2005
D'aprés Rubens-C Lacombe-16 02 2005
D'aprés G B Tiepolo-C Lacombe-27 02 2005
D'après A de Messina-C Lacombe-10 03 2005
050209 2 CRAYONS CIGLE
050209_CRAYONS_ciglé_edited
D'aprés N Poussin-C Lacombe-17 03 2005
D'après F Barocci-C Lacombe-10 03 2005
D'après visage de patriarche-C Lacombe-17 10 2004
D'aprés Daumier-C Lacombe-03 02 2005
D'après Brandl-C Lacombe-09 01 2005
D'après Luis Tristan-C Lacombe-09 02 2005
D'aprés une illustration de Porgy and Bess-C Lacombe-05 02 2005
D'après Le Caravage-C Lacombe- 9_6_2005
Christiane Lacombe
D'après T.Lautrec C.Lacombe 05 11 03
Les Pastels Figuratifs
LES PASTELS figuratifs
grands formats sur papier kraft

Je passais plusieurs années à m'acharner sur mon travail, dessinant et dessinant sans fin, toujours à main levée pour protéger le surréalisme qui germait en moi. Je m’en voulais bien souvent sur la faiblesse de mon trait qui n'arrivait  jamais à exploser et à traduire la colère que je conservais profondément en moi.

J’étais capable du meilleur comme du pire dans mes esquisses et je n’arrivais pas à me libérer de ma réserve naturelle.   

      Les années passant, j'appliquai alors le système du croquis dans la reproduction d'oeuvre d'art.

Se lancer un défit de rapidité, sans béquille, sans garde fou, pour obliger l'inconscient à prendre le relais et s'exprimer enfin à main levée.

Il est alors temps que la couleur s'invite définitivement dans mes travaux et l'envie de m'exprimer est plus forte que tout. Rechercher de nouvelles contraintes me paraissent nécessaires et indispensables.

J'ajoute une difficulté supplémentaire, celle, pour me déstabiliser, de me confronter à des formats plus grands : Plus grande surface, plus grande remise en question...

Je choisis le papier kraft comme support à mes pensées.

Ce papier est censé ôter toute valeur à mes dessins un peu à la façon de "l'Arte Povera", ("Processus qui consiste principalement à rendre signifiants des objets insignifiants." Wikipedia) et ça me va bien : Le papier le plus ordinaire pour servir d’écran à mon inconscient sur lequel je projette une vie que je considère toute aussi ordinaire que ce papier avec le sentiment de m'être moi même muselée depuis mon enfance. En réalité je confirme ma volonté de rester à la place qu'on m'a donné, effacée et inutile.

Sur ce papier, pendant des mois, j’accroche les images de ma vie et de mes ressentis. J’y fige les moments tendus, émouvant, surprenants comme le ferait un arrêt sur image de mes intentions, de mes souffrances ou de mes joies.

Alors, et malgré moi, le geste devient large et ressemble à un mouvement de danse. Le conscient ne donne plus d'ordres, la main est dirigée par le cerveau uniquement et la pensée volontaire y est exclue.

Le lâcher prise devient indispensable. Le but est atteint.

051027 PASTEL CIGLE
050424 PASTEL CIGLE
051013 PASTEL CIGLE
050804 PASTEL CIGLE
060117 PASTEL CIGLE
051118 PASTEL CIGLE
061103 PASTEL CIGLE
051201 PASTEL CIGLE
CL PASTEL 05 11 2006
CL PASTEL 02 02 2006
CL PASTEL 04 05 2006
CL PASTEL 06 04 2006
CL PASTEL 07 07 2006
CL PASTEL 11 05 2006
CL PASTEL 15 06 2006
CL PASTEL 12 01 2006
CL PASTEL 17 03 2006
CL PASTEL 19 05 2006
CL PASTEL 22 02 2006
CL PASTEL 26 01 2006
CL PASTEL 27 10 2006
CL PASTEL 30 03 2006
CL PASTEL 11 07 2006
CL PASTEL 10 03 2006
CCI20092016_0029_edited
Les Abstraits
LES PASTELS Abstraits
sur papier kraft

        Oser.

Accepter de ne plus s’accrocher à la technique, au modèle, au bien faire…

Accepter de se voir tel qu’on est à l’intérieur et ne plus s’attacher au regard des autres.

Être soi et se rencontrer enfin...."

Entre Décembre 2006 et Juillet 2007 apparaissent sous mes traits de craie et pastels, d’invraisemblables dessins, régis par je ne sais quel principe, du moins en suis-je surprise moi-même.

Des taches de couleur, des traits et des formes géométriques qui semblent exprimer un discours :

Des carrés, des ronds, des lignes ; mais aussi des ébauches d’escalier qui montent ou qui descendent, des petits personnages figés ou des silhouettes fantasmagoriques qui sortent de nulle part.

N'avoir plus rien à prouver, se retrouver soi-même sans artifice, se libérer des contraintes de l'imitation, de la ressemblance à la nature, laisser agir sa main sans retenue, n'être plus qu'esprit, émotions, sensations... 

Voilà qu'à l'orée de l'année 2006 j'entame une nouvelle étape du chemin escarpé qu'est la découverte de la création artistique : L'abstraction.

Toujours en grand format, toujours à main levée, toujours dans un temps très court et toujours sur papier Kraft.

Il faut dire que c’est une période ou dans ma vie tout s’agite : Le décès de mon père intervient et ma mère souffre profondément en sa chair des causes de sa longue maladie auto-immune (elle décédera en janvier 2008)

Mais, c’est aussi toute la colère qui monte comme un tourbillon d’exaspération, en constatant les manipulations et les contraintes qui lui sont infligées.

Cette femme forte, fragilisée par sa maladie, vient à accepter l'inacceptable pour des questions de puissance et d'autorité .

J'en venais à me demander, dans mon for intérieur,  si je préférai la voir puissante ou "abdiquante".

Dans mes dessins on retrouve mon ventre de mère comme l'était à ce moment là ma mère, bafouée par une famille injuste, des plafonds de cristal impossible à surmonter, et des sols contraignants et rigides…

Bref toute une panoplie de symboles maladroitement exprimés qui visiblement envahissent mon inconscient et me mettent dans un état de malaise permanent.

C'est de l'inconscient dévoilé. C'est du Surréalisme.

Christiane Lacombe
Christiane Lacombe
Christiane Lacombe
Christiane Lacombe 070105
Christiane Lacombe 061221
Christiane Lacombe 070111
Christiane Lacombe 061208
Christiane Lacombe 070118
Christiane Lacombe 070208
_edited
_edited
_edited
_edited
_edited
_edited
_edited
_edited
_edited
Christiane Lacombe 08 12 2006
Christiane Lacombe 21 12 2006
Christiane Lacombe 05 01 2007
Christiane Lacombe 11 01 2007
Christiane Lacombe 18 01 2007
Christiane Lacombe 24 01 2007
Christiane Lacombe 01 02 2007
Christiane Lacombe 01 02 2007
Christiane Lacombe 01 02 2007
Christiane Lacombe 02 02 2007
Christiane Lacombe 16 02 2007
Christiane Lacombe 09 03 2007
Christiane Lacombe 16 03 2007
Christiane Lacombe 23 03 2007
Christiane Lacombe 13 04 2007
Christiane Lacombe 26 04 2007
Christiane Lacombe 25 04 2007
Christiane Lacombe 03 05 2007
Christiane Lacombe 03 05 2007
Christiane Lacombe 03 05 2007
Christiane Lacombe 11 05 2007
Christiane Lacombe 18 05 2007
Christiane Lacombe 22 05 2007
Christiane Lacombe 05 2007
Christiane Lacombe 31 05 2007
Christiane Lacombe 06 06 2007
Christiane Lacombe 21 06 2007
Christiane Lacombe 21 06 2007
Christiane Lacombe 21 06 2007
Christiane Lacombe 21 06 2007
Christiane Lacombe 26 06 2007
Christiane Lacombe 26 06 2007
Christiane Lacombe 27 06 2007
Christiane Lacombe 26 06 2007
Christiane Lacombe 2007
Christiane Lacombe 2007
Christiane Lacombe 2007
bottom of page